200 ans après… le chauffage arrive !

Étiquettes

,

On y est ! La date du 19 décembre 2014 restera à jamais gravée dans l’histoire du château de Chamblard : la chaleur centrale, uniforme, à production automatisée fera désormais partie des acquis, au même titre que l’eau courante et l’assainissement.

Outre les retards créés lors de la pose des fenêtres (et oui, les radiateurs étant sous les fenêtres, pas de fenêtres – pas de chauffage !) on a pris notre temps pour bien choisir le type de combustible. Il se trouve qu’il existe énormément de façons de se chauffer.

Évoluant dans le cadre d’une rénovation, et non d’une construction nouvelle, nous avons très vite écarté toute forme de pompe à chaleur (air/eau, terre/eau, air/air): l’isolation du bâtiment n’est pas optimale et les températures extérieures peuvent descendre très bas! De plus, la géothermie verticale (forage) s’avère assez coûteuse et potentiellement inefficace à cause du sous-sol rocheux et la géothermie horizontale est contraignante, car nous aurions dû condamner une  importante surface devant la maison.

Nous nous sommes assez vite tournés vers le bois, car c’est une ressource abondante dans la région, et un moyen très écologique et le plus économique qui existe. Notre choix s’est finalement porté vers le bois déchiqueté, car nous souhaitions à tout prix que l’alimentation  de la chaudière soit automatique (compliqué avec les bûches) et les prix du combustible sont plus stables par rapport au bois en granulés.

Outre l’aspect économique et la disponibilité du bois déchiqueté dans la région, il se trouve que ce type de combustible reste un des plus écologiques : par rapport au CO2 consommé lors de la pousse de l’arbre, sa combustion ne rejette pas de CO2 supplémentaire dans l’atmosphère, et ne participe donc pas au réchauffement planétaire.

bois dechiquete ecologique

bois dechiquete economique

Publicités

Bureau avant et après

Étiquettes

, , ,

On arrive enfin a partager quelques photos de l’intérieur de la maison. Les travaux sont longs, très longs. Au début tout le monde nous conseillait de procéder « pièce par pièce », mais dans le cadre de gros travaux c’est Mission Impossible! Quand on installe le chauffage, on le fait partout, quand on refait l’électricité on le fait partout, quand on change les fenêtres, on ne laisse par une partie de la maison à la merci des vents. Nous ne désespérons pas, par la suite on arrivera certainement à appliquer ce principe!

Les avancées sont plus remarquables au rez-de-chaussée, car tant que le dossier « toiture » n’est pas résolu, nous craignons des infiltrations et donc des dommages. Je dois avouer que nous commençons à  nous impatienter…

Voici donc un premier dossier « avant – après ». Il s’agit du bureau. C’est une vaste pièce, située au rez-de-chaussée ouest (à gauche en regardant la maison de face), qui était autrefois divisée en  deux pièces avec couloir assorti de placards. Nous avons supprimé les cloisons, dont les emplacements sont visibles sur le plafond de la photo avant les travaux. Il y encore du travail, mais le progrès y est, jugez par vous-mêmes!

Travaux effectués :

– Démolition des cloisons existantes et de l’ancien plafond

– Traitement des poutres en bois

– Changement des fenêtres et des linteaux au-dessus des fenêtres

– Installation des faux plafonds

– Réfection de l’électricité

– Ragréage du sol + pose du carrelage

– Ramonage et sablage de la cheminée

– Sablage des pierres entourant les 2 portes

Travaux restants :

– Rénovation des portes anciennes

– Restauration des placards (portes et intérieurs)

– Peintures et aménagements

 2013-05 Chamblard 134

Bureau AVANT les travaux

Bureau AVANT les travaux

 

Bureau WORK IN PROGRESS

Bureau WORK IN PROGRESS

 

photo 2

... aujourd'hui

… aujourd’hui

Parlons plafonds

Étiquettes

, ,

Les plafonds de Chamblard sont en bois d’origine, dans un état irrécupérable par endroit.

Après de longues discussions et hésitations,  nous optons pour des plafonds avec poutres non-apparentes au rez de chaussée, c’est à dire tels que nous les avons connus. Cela présente plusieurs grands avantages:

– Tout d’abord, la hauteur sous plafond serait inutilement importante, sans pour autant devenir remarquable, augmentant les besoins en chauffage;

– La raison suivante relève moins de notre volonté: en rénovation, nous devons composer avec les caractéristiques de la maison et le fait de cacher les poutres nous a permis de simplifier la distribution des câbles, tuyaux et autres réseaux;

– J’avoue que la rapidité de la pose a aussi joué en faveur de ce choix…

Avant la pose des nouveaux plafonds, nous avons procédé au traitement des poutres par pulvérisation de produit qui craint pour la santé (des parasites, ainsi que la nôtre).

Les photos nous font sourire et penser aux aventures julesvernesques qui ont bercé notre enfance 🙂 Notamment grâce au pulvérisateur manuel d’époque, gentiment prêté par les voisins. Un vrai trésor qui ressemble étrangement à un équipement des plongeurs de Vingt mille lieues sous les mers!

Vingtmillelieue jules verne


Traitement poutres

Première récolte de framboises

Étiquettes

, , ,

En mai 2013, j’ai planté quelques pieds de framboisiers, gentiment offerts par ma copine Cathy. J’avoue que je n’ai pas suivi à la lettre le guide Truffaut: je les ai vulgairement plantés en terre sans l’ombre d’un apport d’engrais, ni d’arrosage particulier…  Je suis un peu honteuse, mais par crainte d’échec, je n’en ai même pas parlé sur ce blog 🙂

Cependant, par l’intervention de je-ne-sais-quelle-esprit-suprême, les framboisiers se sont accrochés à la vie et en juillet de cette année nous avons eu le droit à notre première récolte de…. DEUX framboises!

A moi les pots de confiture l’année prochaine 😉

Plantation des framboisiers – étape 1 – le trou 🙂

Plantation des framboisiers – étape 2 – mise en terre des pieds

Plantation des framboisiers - étape 3 - la dégustation de la récolte :-D

Plantation des framboisiers – étape 3 – la dégustation de la récolte 😀

Un autre genre de jardinage ou comment faire pousser un cèpe de Bordeaux

Étiquettes

,

Ce qui est bien à Chamblard, ce sont les champignons.

Nous en avons trouvé un joli – un authentique cèpe de Bordeaux, petit et mignon comme tout. Franchement, il était tellement beau que nous ne pouvions pas l’arracher. Alors il est resté planté là, tout près de la maison, et nous allions le surveiller régulièrement. Figurez-vous que le constat était sans appel: il poussait comme un champignon!

Après 2 semaines de surveillance et d’amour prodigué (surtout) par notre fils cadet, il a fini dans une omelette (la vie d’un cèpe et ingrate!), mais il peut se vanter d’avoir nourri une famille de quatre personnes!

 

bébé cèpe

before…

 

... after!

… after!

 

Notre participation à la Gévaudane

Étiquettes

, ,

L’année dernière, je vous ai parlé de la Gévaudane (article ici), qui est une course de 13 km servant de support aux championnats d’Auvergne de course de montagne.

Nos fils ont décidé de participer à l’édition 2014: le grand dans la catégorie « Gévaudanette », un circuit de 6.2 km, et le petit à la course des « Allumettes » dans les rues de Saugues.

Ils ont trouvé l’expérience très profitable: l’entraînement pour les prochaines éditions n’est pas à sous estimer !

Raphaël a particulièrement apprécié le joli maillot offert par les organisateurs ainsi que la médaille bien sûr!  Giovanni a terminé 33è sur 71 participants avec un temps de course de 30 min 59 secondes (vous trouverez les résultats complets et les photos de la course ici)

Bravo, mes choupinous 😉

... après la course

… après la course

La forêt se réveille

Étiquettes

, , ,

L’été est là et j’ai enfin trouvé le temps de faire le tri dans les photos prises ce printemps. C’est la première fois que j’ai remarqué à quel point la forêt est belle à son réveil printanier. La montée de la sève est bien plus discrète que la floraison des près, car les épines des résineux restent verts même en hiver. Il faut donc être beaucoup plus réceptif pour distinguer les signes qui ne trompent pas: la couleur verte devient plus prononcée et de petites pousses vertes claires font leur apparition aux extrémités des branches. Malheureusement, je ne peux pas vous faire partager l’odeur enivrante qui accompagne le tableau!

La fête médiévale du Malzieu

Étiquettes

, , , , , , , ,

Le Malzieu est une très belle petite ville, située en Lozère, au cœur du Gévaudan. En arrivant, on est de suite impressionné par les remparts qui entourent la ville et délimitent l’ancienne cité médiévale. Les ruelles offrent une balade agréable et enrichissante, grâce au parcours pédagogique sur l’histoire de la ville et ses environs.

La ville organise chaque année une fête médiévale, l’occasion de découvrir le marché, diverses démonstrations de combats et bien sûr participer au banquet médiéval à la taverne, tout en profitant des spectacles (dont un cracheur de feu !)

Les enfants s’éclatent au point de ne plus vouloir rentrer, car tout est fait pour les amuser et les divertir: les ateliers de taille de pierre, les promenades à cheval, le tir à l’arc et divers jeux de société d’antan. Un régal pour les petits et les grands.

De plus, les intervenants, les commerçants, les habitants et même les visiteurs viennent déguisés, ce qui crée une très agréable ambiance bon enfant. Jugez par vous-mêmes.

Participez à notre blog!

Étiquettes

, , , , ,

J’ai le plaisir de vous annoncer la création d’une nouvelle page « Participez à notre blog! » (menu du haut)

Vous pouvez nous contacter par ce biais pour nous transmettre des informations, des photos ou des petites histoires concernant le château. Sincèrement, je ne sais pas pourquoi je n’ai pas fait cette page plutôt, mais comme dit l’autre: mieux vaut tard que jamais… 🙂

Pour la petite histoire, je me suis fais solliciter par Monsieur Bernard Lonjon, qui écrit actuellement un livre sur Saugues et ses environs. Malheureusement je n’ai pas eu grand chose à lui apprendre au sujet du château de Chamblard et c’est même lui qui nous a transmis des vielles cartes postales de la maison, que je partage aujourd’hui avec vous.

Les cartes datent du début du siècle et on y voit le changement des fenêtres du grenier (carrées avant et rondes maintenant). Les arbres devant la maison encadraient le chemin d’arrivée, clairement dessiné, aujourd’hui totalement disparu, recouvert par la végétation. Nous allons nous en inspirer, comptez sur nous 😉

Encore un grand grand merci à Bernard!

Chamblard début 20è siècle

Chamblard début 20è siècle

 

Chamblard début 20è siècle

Chamblard début 20è siècle

 

 

 

 

 

Et la lumière fut…

Étiquettes

, ,

Tableau électriqueIl n’est pas très précis de dire qu’il n’y avait pas d’électricité à Chamblard à notre arrivée. Seulement, on n’osait pas toucher les interrupteurs par peur de se voir valser au rythme de l’électrocution. Puis, l’idée de devoir brancher une rallonge passant dans le plafond pour alimenter tout l’étage ne me plaisait pas trop.

Lors de notre séjour à Chamblard l’été dernier, nous vivions donc à l’ancienne: une bougie pour éclairer la salle à manger lors des veillées, cuisine au barbecue (pas sûre que ça compte comme « à l’ancienne ») et pour faire pipi la nuit… pas de pot chambre (!), mais une petite lanterne (à piles – sécurité incendie oblige).

Les travaux d’électricité sont terminés pour la partie la plus urgente et j’avoue que c’est un grand soulagement. Les saignées dans les murs sont très impressionnantes, mais les pauvres artisans en ont bavé.

Un grand merci!

TABLEAU ELECTRIQUE CHAMBLARD NEW