Pèlerinage de Compostelle

Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela) est une commune espagnole, capitale de la communauté autonome de Galice.

Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle (ou pèlerinage de Compostelle) est un pèlerinage catholique, dont le but est d’atteindre le tombeau légendaire de l’apôtre saint Jacques le Majeur, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Mis en place après la découverte du supposé tombeau de saint Jacques au début du IXe siècle, le pèlerinage de Compostelle devient à partir du XIe siècle un des plus importants de la Chrétienté médiévale, à côté de ceux de Jérusalem et de Rome. Mais c’est seulement après la prise de Grenade en 1492, sous le règne de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle la Catholique, que le pape Alexandre VI déclare officiellement Saint-Jacques-de-Compostelle lieu d’un des « trois grands pèlerinages de la Chrétienté ». Le pèlerinage de saint Jacques le Majeur était quasiment disparu au XIXe siècle, mais il connaît un regain de ferveur depuis la fin du XXe siècle.

Depuis l’origine du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, les pèlerins ont emprunté les voies de communication de tous les autres voyageurs. Sauf à proximité immédiate des sanctuaires, il n’y avait donc pas à proprement parler de chemins de pèlerinage spécifiques.

C’est à partir de 1882, avec l’impression du dernier Livre du Codex Calixtinus, recueil composé au XIIe siècle, que s’est répandue la notion de chemins de pèlerinage. Ce livre commence en effet par ces mots : « Quatre chemins vont à Saint-Jacques ».

Très sommairement décrits, ces chemins sont désignés par les noms des villes qu’ils traversent. Comme l’ensemble du manuscrit, ils sont décrits et dénommés en latin. L’habitude a ensuite été prise de donner des noms à consonance latine aux chemins contemporains.

Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui correspondent à plusieurs itinéraires en Espagne et en France, ont été déclarés en 1987 « Premier itinéraire culturel » par le Conseil de l’Europe.

Suivant leurs vœux et leurs possibilités, les pèlerins, munis de leur carnet de pèlerin, adaptaient leur itinéraire pour aller prier des corps saints, sans toujours suivre les itinéraires les plus directs. En 1998, la France a demandé à l’UNESCO l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial de 71 monuments jugés représentatifs des chemins de Compostelle. Ces monuments et 7 tronçons de GR ont été retenus par l’UNESCO et inscrits comme « Un Bien unique » dénommé « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s