Mots-clés

,

On y est ! La date du 19 décembre 2014 restera à jamais gravée dans l’histoire du château de Chamblard : la chaleur centrale, uniforme, à production automatisée fera désormais partie des acquis, au même titre que l’eau courante et l’assainissement.

Outre les retards créés lors de la pose des fenêtres (et oui, les radiateurs étant sous les fenêtres, pas de fenêtres – pas de chauffage !) on a pris notre temps pour bien choisir le type de combustible. Il se trouve qu’il existe énormément de façons de se chauffer.

Évoluant dans le cadre d’une rénovation, et non d’une construction nouvelle, nous avons très vite écarté toute forme de pompe à chaleur (air/eau, terre/eau, air/air): l’isolation du bâtiment n’est pas optimale et les températures extérieures peuvent descendre très bas! De plus, la géothermie verticale (forage) s’avère assez coûteuse et potentiellement inefficace à cause du sous-sol rocheux et la géothermie horizontale est contraignante, car nous aurions dû condamner une  importante surface devant la maison.

Nous nous sommes assez vite tournés vers le bois, car c’est une ressource abondante dans la région, et un moyen très écologique et le plus économique qui existe. Notre choix s’est finalement porté vers le bois déchiqueté, car nous souhaitions à tout prix que l’alimentation  de la chaudière soit automatique (compliqué avec les bûches) et les prix du combustible sont plus stables par rapport au bois en granulés.

Outre l’aspect économique et la disponibilité du bois déchiqueté dans la région, il se trouve que ce type de combustible reste un des plus écologiques : par rapport au CO2 consommé lors de la pousse de l’arbre, sa combustion ne rejette pas de CO2 supplémentaire dans l’atmosphère, et ne participe donc pas au réchauffement planétaire.

bois dechiquete ecologique

bois dechiquete economique

Publicités